Programme de Novembre 2016

gaz de schiste / boulots de merde /
autodéfense gynécologique  / défense collective face à la police /
ateliers désaxé-e-s / ennemis intérieurs / revues buissonnières

(Ce mois de novembre est aussi marqué par un procès peu ordinaire, celui de trois policiers qui ont tiré au flashball dans la tête de manifestants le 8 juillet 2009 à Croix de Chavaux. Plusieurs libraires de chez Firk, plusieurs amis de la Parole Errante demain faisaient partie de ces manifestants.
Ici, le programme des mobilisations autour de ce procès qui se tiendra du 21 au 25 novembre au TGI de Bobigny.)

cinetract-proces-trameligne2

Au programme de novembre 2016:

Samedi 5 /19h
La passion du schiste avec Grégory Lassalle,
journaliste indépendant et co-auteur de l’enquête

Jeudi 10/ 18h30
(Salle Franklin, 60 rue Franklin à Montreuil – M. Mairie de Montreuil)
Réunion publique autour d’un procès peu ordinaire
Réunion publique d’information autour des enjeux du procès des trois policiers qui nous ont tiré dessus au flashball le 8 juillet 2009 à Montreuil.

Lundi 14 / 19h
Ateliers des désaxé-e-s #1

Conscience corporelle et troubles autistiques,
avec Claire Doyon, Anne Catherine Nicoladzé et Claire Lecut

Mercredi 16 / 19h30
Atelier-discussion avec l’association Survie autour du livre
L’ennemi intérieur, la généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine de Mathieu Rigouste

Jeudi 17 / 19h
Boulots de merde !
avec Olivier Cyran et Julien Brygo

Vendredi 18 / 18h
L’Arme à l’œil, violence d’État et militarisation de la police,
avec Pierre Douillard et le Collectif 8 juillet

Lundi 21 / 19h
Atelier des désaxé-e-s #2

présentation du numéro 7
des Nouveaux cahiers pour la folie !

Vendredi 25 / 19h
Atelier d’autodéfense gynécologique (en non-mixité)
à destination des femmes et de toute personne qui a un vagin

Mercredi 30 / 16h
présentation
Brins d’Herbe et Graffiti n°3 (revue pour et par les enfants)
Le Vilain Petit Canard n°6 (revue pour jeunes, adultes et vieux enfants)

ligne2

Plus de précisions ci-dessous :

Samedi 5 novembre / 19h

La passion du schiste,
avec Grégory Lassalle, journaliste indépendant et co-auteur de l’enquête

Présentation/discussion/projection d’images autour d’une enquête collective sur l’exploitation du gaz et pétrole de schiste en Argentine, deuxième pays – après les Etats-Unis – à avoir planifié l’exploitation massive de ces hydrocarburesLa passion du schiste, qui parait aux éditions Cetim en octobre 2016, est le résultat d’une étude de près de deux ans réalisée par un collectif de chercheurs français et argentins. Cet ouvrage peut se lire comme un récit sur l’épopée du fracking (appellation commune de la technique qui permet d’extraire les hydrocarbures dits non conventionnels, la fracturation hydraulique) dans le décor de western de la Patagonie argentine.

La passion du schiste peut aussi se lire comme une étude précise des transformations territoriales, politiques, économiques et sociales qu’engendre l’industrie du gaz et pétrole de schiste dans la province de Neuquén et des mécanismes de propagande qui font la promotion de cette activité.
Cette enquête dresse le panorama des acteurs impliqués, de leurs intérêts et de leurs modes d’action et révèle les rapports de force qui empoisonnent la démocratie argentine.
L’Argentine est le second pays après les États-Unis à développer industriellement les hydrocarbures non conventionnels. Au moment où cette industrie cherche à conquérir d’autres pays, suscitant des résistances, ce livre attire l’attention sur ce cas d’école afin d’éviter qu’il ne devienne un modèle.

Jeudi 10 novembre / 18h30

(Salle Franklin, 60 rue Franklin à Montreuil – M. Mairie de Montreuil)

Réunion publique autour d’un procès peu ordinaire

Réunion publique d’information autour des enjeux du procès des trois policiers qui nous ont tiré dessus au flashball le 8 juillet 2009 à Montreuil.

Lundi 14 novembre / 19h

Ateliers des désaxé-e-s #1

Conscience corporelle et troubles autistiques, avec Claire Doyon, Anne Catherine Nicoladzé et Claire Lecut

Claire Doyon est cinéaste et fondatrice de Maia, un institut expérimental accueillant des enfants atteints d’autisme entre 3 ans et 18 ans. La question de la prise en compte du corps chez les personnes atteintes d’autisme est au centre de ses préoccupations. Maia accueille des professionnels exerçant différentes pratiques somatiques et corporelles : éducateurs sportifs, praticiens en BMC, praticiens en intégration des réflexes primaires…
Anne Catherine Nicoladzé est danseuse, chorégraphe, pédagogue et éducatrice en développement du nourrisson. Elle travaille à la croisée de la danse contact-improvisation et de la danse contemporaine.

Claire Lecut est consultante et formatrice en Éducation Kinesthésique et RMTI. Après avoir étudié les techniques d’intégration des réflexes primitifs et posturaux de Svetlana Masgutova, elle s’est perfectionnée en RMT (Rhythmic Movement Training).

Nous vous proposons de présenter leur travail respectif et d’ouvrir une discussion autour de ces pratiques corporelles, de leur particularités, de leur possibles points de convergence.

Mercredi 16 novembre / 19h30

Atelier-discussion avec l’association Survie,

autour du livre L’ennemi intérieur, la généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine, de Mathieu Rigouste

L’ennemi intérieur, notion développée pendant les guerres coloniales, au centre du développement de la doctrine de la guerre contre-révolutionnaire, justifie la mise en place d’un arsenal sécuritaire. Alors que cette doctrine est censée avoir été mise de côté, Mathieu Rigouste montre la construction d’un nouvel ordre sécuritaire à partir des racines coloniales de la contre-subversion et de l’idéologie identitaire.
La soirée consistera en un arpentage à travers la lecture d’extraits du livre que chacun-e se répartira puis d’un retour en collectif où nous partagerons ce que nous aurons appris et les réflexions que nos lectures nous aurons inspiré.

Jeudi 17 novembre / 19h

Boulots de merde !
avec Olivier Cyran et Julien Brygo

9782707185457-0db79

Les boulots de merde courent les rues. Aussi, c’est un vaste programme que se sont fixés Olivier Cyran et Julien Brygo, enquêter pour en dresser l’inventaire et les contours, toujours grandissants par le concours de nos gouvernements successifs.
Les luttes contre la loi « Travaille » ont permis à nombre de gens d’exprimer publiquement leur ras-le-bol des féroces conditions d’exploitation qui leur sont faites au quotidien, sur le lieu de travail.
Mais Brygo et Cyran voient plus large encore. S’il est un boulot de merde, qui combine travail inutile et nuisance social, c’est bien celui de trader.
Leur seul regret suite à cette exploration, « que ce livre ne soit pas assez lourd pour servir de pavé dans la figure de ce monde-là ».
(et à toutes fins utiles: https://lundi.am/Boulots-de-merde-Du-cireur-au-trader)

Vendredi 18 novembre / 18h

484-ac6a6d50

L’Arme à l’œil, violence d’État et militarisation de la police,
avec Pierre Douillard et le Collectif 8 juillet

Automne 2014, un manifestant est tué par une grenade lancée par un gendarme à Sivens. L’armement de la police fait, pour la première fois, la une de l’actualité. Loin de susciter de réactions à la hauteur, ce drame est l’occasion pour le pouvoir de renforcer ses stratégies de maintien de l’ordre en faisant interdire et réprimer implacablement les mobilisations qui suivent. La mort de Rémi Fraisse n’est ni une « bavure », ni un accident. Elle est le produit d’une logique structurelle, qui s’inscrit dans un processus d’impunité généralisée et de militarisation de la police en germe depuis deux décennies.

Sur fond d’hégémonie culturelle des idées sécuritaires, la police française se dote de nouvelles armes  sous l’impulsion des gouvernements successifs : taser, grenades, flashballs, LBD. On tire à nouveau sur la foule. D’abord expérimentées dans les quartiers périphériques, puis contre les mobilisations incontrôlables, les armes de la police s’imposent aujourd’hui potentiellement contre tous. « En blesser un pour en terroriser mille », telle est la doctrine des armes de la police.

Cet essai passe en revue l’armement de la police pour comprendre ce que les armes disent de notre temps, quelles sont les logiques politiques qu’elles suggèrent, au-delà des spécificités françaises d’un maintien de l’ordre présenté comme irréprochable.

 

« Le soir du 8 juillet 2009 à Montreuil, la police a tiré au flashball sur un rassemblement faisant suite à l’expulsion de «La Clinique», un lieu d’organisation ouvert sur la ville. Six personnes ont été touchées, au front, à la clavicule, à l’épaule, à la nuque. L’un d’entre nous a perdu un œil.
7 ANS APRÈS, TROIS POLICIERS VONT FINALEMENT ÊTRE JUGÉS, AU TRIBUNAL DE BOBIGNY DU 21 AU 25 NOVEMBRE 2016.
SOYONS NOMBREUX, MULTIPLIONS LES INITIATIVES AUTOUR DE CE PROCÈS.
Pour se tenir au courant de l’actualité de la mobilisation :
collectif8juillet.wordpress.com / huitjuillet@riseup.net / facebook : Collectif 8 juillet / twitter : @huitjuillet

Lundi 21 novembre / 19h

Atelier des désaxé-e-s #2 

présentation du numéro 7
des Nouveaux cahiers pour la folie !

« Comment naviguer en pleine tempête, lorsque la force insoupçonnée des déferlantes menace l’intégrité du navire, lorsque le vent imprévisible, insaisissable brise la coque à la solidité déjà compromise ? Survivre au naufrage, rassembler les morceaux épars, et pourquoi pas fabriquer un radeau. C’est ce que nous propose dès l’édito le numéro 7 des Nouveaux cahiers pour la folie : embarquer pour une traversée incertaine dont les mots constituent l’ultime abri.Les mots définissent, précisent, distinguent et par là peuvent pourfendre les préjugés et les amalgames. Caroline Z. ne pouvait mieux initier ce numéro : « Il faut différencier les personnes vulnérables des crapules de sang ». La folie peut avoir mille et un visage mais rarement celui que l’on attend. […]

Les mots pour dire, lutter, s’indigner, écouter, soigner… Au cœur du mouvement Nuit Debout la Commission psy, soin, accueil œuvre à « défendre une éthique de la rencontre et de l’accueil du singulier ». La parole prend place et fonde un espace de réflexion, d’échange, de résistance en somme dans un monde sociétal au discours dévoyé et aux actes délétères.

Foyer de mots et d’idées les revues ont une place toute singulière dans les milieux psychiatriques, en tant que lieu où se lier, se dire, permettre au quotidien de prendre vie, prendre corps. En témoignent les extraits de Trait d’Union de l’hôpital de Saint Alban et Globo Rojode l’asile de Santa Agueda en Espagne. […]

Ce cahier aux plumes hétéroclites préserve ce qui fait la particularité de cette revue : donner à entendre la parole polyphonique de celles et ceux qui demeurent concernés par la folie. »

Extrait de l’article publié sur entrevues.org

Vendredi 25 novembre / 19h

Atelier d’autodéfense gynécologique (en non-mixité) à destination des femmes et de toute personne qui a un vagin

(autour de la brochure « S’armer jusqu’aux lèvres« )

Des saynètes de théâtre-forum et une discussion en non-mixité pour parler des violences gynécologiques et des assignations diverses que subissent les femmes au cours de leurs parcours gynécologiques et médicaux en général : à l’hétérosexualité, à la contraception, à la maternité, à l’hypermédicalisation, etc. On parlera aussi de débrouille, d’entre-aide et d’auto-soin.

Mercredi 30 novembre / 16h

Brins d’Herbe et Graffiti n°3 (revue pour et par les enfants)

Le Vilain Petit Canard n°6 (revue pour jeunes, adultes et vieux enfants)

Les deux revues s’associent pour accueillir petits (et grands) autour de la sortie de leurs nouveau numéro. Au programme de l’après-midi : lecture, goûter, atelier dessin et musique !

(images extraites du film de Marc Alfieri « Foire Mécanique« , sur le travail de Gilbert Peyre)
This entry was posted in Programme. Bookmark the permalink.